Tag - sincérité

Entries feed - Comments feed

2011-02-06

Réponse à Yamni (Meshtemek)

Ce que j’appelle "dire le vrai" se résume à : sincérité et honnêteté. Ce que j’appelle sincérité : c’est d’avoir la franchise d’avancer à visage découvert, être authentique, franc, immédiat, sans arrière-pensée qui resterait voilée. C’est être soi, tel que l’on est et non tel qu’on voudrait paraître. Ce que j’appelle honnêteté c’est ce qui dans d’autres vues pourrait être qualifié d’humilité mais qui, en ce qui me concerne, résulte directement de cette volonté de sincérité et authenticité. Tout discours sincère, pour peu qu’il nous brosse dans le sens du poil ou fasse écho à nos propres visions ou conceptions des choses est fatalement séducteur, et devient porteur d’un certaine forme de charisme. Le charisme est d’une puissance redoutable. Ainsi pour éviter le pire il y a exigence à clarifier tout propos. Dire le vrai c’est d’abord dire ce que nous avons reconnu comme tel Dire le vrai ce n’est pas ériger en vérité ce qui n’est que croyance ou conviction qui échapperait à toute critique possible Dire le vrai c’est avoir l’honnêteté de dire "je crois" plutôt que "je sais" quand nous ne pouvons qu’admettre qu’en dehors d’une intime conviction nous n’avons rien à présenter

Continue reading

2010-11-08

Retour sur le passé

Tout jugement digne de ce nom, c’est à dire équilibré, présume une connaissance héritée de l’histoire, Qu’elle soit l’héritage du travail des anciens, cette expérience reçue est toujours retravaillée par celui qui la reçoit, enrichi de son propre regard, lui même nourrit de son propre vécu. Ce processus est continu. Si notre regard a peu de chance de modifier les faits et regards hérités du passé, il est à chaque instant présent revisité parce que nous vivons et recevons. Il en est ainsi de toute science, nous ne connaissons, de ce que nous qualifions comme étant la réalité, jamais que ce que nos sens permettent de percevoir et notre entendement et discernement d’en comprendre. Nous ignorons la nature des choses, nous n’en connaissons que la vision conceptuelle que nous nous en sommes faite. Qu’il s’agisse de science, de conviction intime, de dogme ou de croyance il n’existe aucune différence de ce point de vue. Jamais nous n’exprimons la réalité mais toujours la vision que nous en avons. Entre ces différentes types de vision, il y a celle qui sont consistantes et donc vérifiable par le raisonnement ou l’observation et celles qui sont inconsistantes et par conséquence invérifiables par la raison, intransmissibles par le langage. Tout langage est un instrument de communication, un moyen de transmission et rien de plus. Ce moyen peut être au service de multiples objectifs sans avoir a présumer d’une quelconque valeur morale. Tous les langages ne sont pas équivalents dans ce qu’ils permettent de transmettre, qu’il s’agisse de celui du corps plus propice aux émotions ou celui des mathématiques complètement dédié à la raison pure au point même d’avoir démonté ses propres limites. Le néo-druidisme, religion pour certains, science pour d’autres, politique pour d’autres encore et philosophie pour la plupart n’échappe pas à ce qui précède. Ce qui diffère c’est la qualité ou la quantité accordé à l’un ou l’autre des différents composants qui forge une vision du monde qui promue au rang de conviction ou de certitude.

Continue reading