Tag - pensée

Entries feed - Comments feed

2016-03-16

La nature a horreur du vide et l'esprit humain encore plus (I)

La nature a horreur du vide. Qui n’a jamais entendu cette expression dont on attribue la paternité à Aristote ? Le vide, le néant, le zéro sont tous des synonymes de l’absence. Ce qui est intéressant dans cette expression c’est qu’en dehors de circonstances particulière la mettant en défaut (comme  […]

Continue reading

2010-11-17

Ar gwir enep ar bed

"Ar gwir enep ar bed !" ("Le vrai à la face du monde !") La version bretonne est approximative, (ce n’est ni ma langue maternelle ni une langue apprise dans une quelconque école mais quelques rudiments acquis au contact de différents dialectes de celle-ci). La version française est exacte. Cette phrase était naguère le cri d’ouverture qui précédait toute assemblée d’un des nombreux mouvements de résurgence celtique. Bien que celui-ci fût bien plus orienté vers la préservation et perpétuation des traditions que vers la restauration du druidisme, je rends honneur à l’esprit de tolérance relative qui y régnait. Par tolérance il faut comprendre que l’expression de toutes les formes de croyances y étaient admises dès lors qu’elles étaient conforment à l’héritage culturel des Bretons.. Par relatif, il faut tout de même comprendre que de facto, ils n’admettaient en leur sein que les seuls bretonnants.et ce à une époque où le breton n’était pas encore enseigné ou qu’en université ; "Diwan" n’avait pas encore été fondé ou n’avait pas encire ouvert sa première école. Compte tenu de la frontière linguistique entre breton et gallo sur la seule terre de Bretagne, c’était de fait exclure plus de la moitié des Bretons de souche. L’histoire a tendance à se reproduire. En excluant les non bretonnants, ils ne faisaient que reproduire à leur échelle ce que firent leurs ancêtres de la Bretagne insulaire venus se réfugier en Armorique face à la pression des Angles et Saxons : exclure quiconque ne parlait pas leur langue. Dans le contexte de l’époque, les peuples indigènes d’Armorique ayant largement adopté l’usage d’une langue romanisée, je laisserai à chacun l’exercice des conséquences qui purent en découler.

"Le vrai à la face du monde !", une fois de plus donc et non "la Vérité à la face du monde" comme la traduction que certain ont voulu lui donner.

Continue reading