Tag - cohérence

Entries feed - Comments feed

2011-02-07

Oral vs Ecrit : faux débat ?

Je dois avouer que je suis assez content de t’avoir apporté une occasion de ne pas être d’accord avec moi-même. Sauf que je crains que ce ne soit qu’une illusion. Aussi j’espère que finalement tu seras néanmoins plus heureux de découvrir que nous sommes d’accord que d’avoir cru trouver un point de désaccord. Et je te remercie de m’avoir ainsi fournit un bon exemple d’un bais de compréhension qui aurait eu fort peu de chance, voire aucune, de se produire si je l’avais dit et toi entendu au lieu de l’écrire et toi de le lire.

Ici la confusion vient d’une différence de registre entre ce à quoi je pensais en écrivant ces quelques projets de faire un petit billet sur le sujet et celui de ta démarche personnelle. Alors que j’étais dans le registre de l’enseignement/transmission, tu te plaçais plutôt dans celui de la connaissance/vérification. Alors autant le dire : je suis à quelque détails prêts qui mériteraient un développement à eux seuls (par exemple : regard et écoute intérieurs pose la vaste question ce qui serait intérieur de ce qui serait extérieur), j’aurai pu écrire, prendre à mon compte tes propres propos si j’avais été dans même registre que toi-même.

Aussi je maintiens qu’opposer l’oral à l’écrit dans la transmission est un vrai problème et ce qu’il y a de pire en la matière qui nous intéresse.

Continue reading

2010-11-08

Retour sur le passé

Tout jugement digne de ce nom, c’est à dire équilibré, présume une connaissance héritée de l’histoire, Qu’elle soit l’héritage du travail des anciens, cette expérience reçue est toujours retravaillée par celui qui la reçoit, enrichi de son propre regard, lui même nourrit de son propre vécu. Ce processus est continu. Si notre regard a peu de chance de modifier les faits et regards hérités du passé, il est à chaque instant présent revisité parce que nous vivons et recevons. Il en est ainsi de toute science, nous ne connaissons, de ce que nous qualifions comme étant la réalité, jamais que ce que nos sens permettent de percevoir et notre entendement et discernement d’en comprendre. Nous ignorons la nature des choses, nous n’en connaissons que la vision conceptuelle que nous nous en sommes faite. Qu’il s’agisse de science, de conviction intime, de dogme ou de croyance il n’existe aucune différence de ce point de vue. Jamais nous n’exprimons la réalité mais toujours la vision que nous en avons. Entre ces différentes types de vision, il y a celle qui sont consistantes et donc vérifiable par le raisonnement ou l’observation et celles qui sont inconsistantes et par conséquence invérifiables par la raison, intransmissibles par le langage. Tout langage est un instrument de communication, un moyen de transmission et rien de plus. Ce moyen peut être au service de multiples objectifs sans avoir a présumer d’une quelconque valeur morale. Tous les langages ne sont pas équivalents dans ce qu’ils permettent de transmettre, qu’il s’agisse de celui du corps plus propice aux émotions ou celui des mathématiques complètement dédié à la raison pure au point même d’avoir démonté ses propres limites. Le néo-druidisme, religion pour certains, science pour d’autres, politique pour d’autres encore et philosophie pour la plupart n’échappe pas à ce qui précède. Ce qui diffère c’est la qualité ou la quantité accordé à l’un ou l’autre des différents composants qui forge une vision du monde qui promue au rang de conviction ou de certitude.

Continue reading