Je te salue fraternellement,

Bien à toi pour commencer : que mes propos puissent te parler, je le reçois comme une forme d’encouragement. L’exercice qui consiste à traduire dans le langage écrit notre pensée {billet en projet sur ce sujet}, s’il est naturel à la plupart d’entre nous, a toujours été une tâche fastidieuse en ce me concerne. Passer de la pensée à l’image, de l’image au verbe, puis enfin du verbe à l’écrit est un exercice périlleux dans lequel, à chaque étape, l’information se dégrade qu’elle que soit notre volonté d’en préserver l’intégrité. Me lancer dans la tenue d’un blog avait, entre autres motivations, même si ce n’est pas la principale, de faire quelques progrès en la matière.

Quand j’ai ouvert ce blog c’était d’abord pour partager avec qui voudrait bien me lire, cette expérience de reprise de contact avec le druidisme contemporain organisé [et désormais je l’ouvre pour partager avec vous de manière plus large sur tout sujet pouvant avoir une connexion avec le néo-druidisme que ce soit par adoption ou rejet, des uns ou des autres.

Je te cite :

                                        ça me parle toujours autant ce que tu dis

Dès lors qu’un discours est vrai, il ne peut que parler à celui qui l’écoute ou le lit. Et ici chacun comprendra que dans la phrase qui précède "vrai" n’a pas valeur de vérité mais de sincérité. Chacun de nous peut exprimer des choses qui se révèleront plus ou moins vrais ou fausses, selon les lieux, les temps, les cultures et les personnes mais ce n’est pas ce qui importe le plus. Ce qui est vérité ici pourra être faux ailleurs et inversement.

Ce que j’appelle "dire le vrai" se résume à : sincérité et honnêteté. Ce que j’appelle sincérité : c’est d’avoir la franchise d’avancer à visage découvert, être authentique, franc, immédiat, sans arrière-pensée qui resterait voilée. C’est être soi, tel que l’on est et non tel qu’on voudrait paraître. Ce que j’appelle honnêteté c’est ce qui dans d’autres vues pourrait être qualifié d’humilité mais qui, en ce qui me concerne, résulte directement de cette volonté de sincérité et authenticité. Tout discours sincère, pour peu qu’il nous brosse dans le sens du poil ou fasse écho à nos propres visions ou conceptions des choses est fatalement séducteur, et devient porteur d’un certaine forme de charisme. Le charisme est d’une puissance redoutable. Ainsi pour éviter le pire il y a exigence à clarifier tout propos sincère et honnête. Par clarifier je veux simple dire faire la part des choses ou encore inviter son lecteur ou auditeur à exercer son discernement à la lumière de notre propre discernement. Un exemple sera plus probant qu’un long discours pour expliciter la phrase qui précède. Ainsi tout ce que j’ai pu écrire, y compris la présente phrase, n’a aucune prétention à être vérité absolue mais n’est que le témoignage de convictions qui se sont forgées dans l’expérience personnelle de son auteur.

Mon exigence majeure et fondamentale est qu’aucune de mes affirmations ne puisse être reçue comme étant une vérité absolue et indiscutable mais uniquement comme un point de vue dénué autant possible de toute forme de croyance mais au contraire apte à être jaugé, jugé, apprécié, éprouvé, vérifié, réfuté par chacun à l’aune de son propre chemin de vie.

De ce qui précède il résulte que je fais fondamentalement mien le précepte qu’un enseignement, a fortiori à prétention druidique, ne saurait être dispensé autrement que dans le cadre d’une relation interpersonnelle, ce qui exclut absolument toute transmission par l’écrit de ce qui ne pourrait se réduire qu’à une simple transmission culturelle. En disant ceci, je donne avant tout une opinion fruit d’une intime conviction passée au crible de la raison. Cette opinion est mienne avant tout autre chose. Ce qui veut dire qu’elle s’est forgée par expérience et non par je ne sais quelle tentative de m’accorder à ce que nous pensons savoir (à la lumière de ce que nous enseignent les historiens) du vecteur exclusivement oral de l’enseignent prodigué par les druides antiques.

Voici là le sujet d’un billet {oral vs écrit} que je ne manquerai pas de rédiger en réponse aux différents cahiers prodigués par nombre des mouvements druidiques ayant pignon sur rue {et comme je viens juste de le développer dans un dialogue privé, cela ne saurait plus tarder}.



Fraternellement vôtre /|\Esus